Mal et diction



Pour Nicolas A.



« Allons ! Descendons ! Et là, confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus

les uns les autres. »

La Bible de Jérusalem, La Genèse, 11.7



J’avais, à la fin de l’été dernier, compilé toutes les expressions tordues entendues pendant mes congés estivaux. Pour que mes lecteurs amoureux de la langue française puissent s’amuser à la plage, je renouvèle l’expérience avant les grandes vacances avec celles entendues pendant l’année. Sans tendre vers l’idée d’une communion parfaite, faisons au moins le vœu pieux que la langue retrouvera un jour ses lettres de noblesse pour que les hommes puissent s’entendre. Voici donc une nouvelle petite histoire aux mots écorchés, qui n’est pas sans rappeler la mythique malédiction de Babel.



Ce n’est pas mon critère promis mais ce n’est pas un prix exubérant, Maître. Il faut que vous prenniez de la graine car c'est la goutte d'eau qui a mis le feu aux poudres, la goutte d'huile sur le feu. Et sur la longue c'est pénible ! On se donne du baume à l'ouvrage et pourtant tout reste à surveiller comme les yeux sur le feu. On a payé les fruits de notre travail. Une mouche l'a piqué dans la tête et j'ai eu des sentiments intensifs. Après la foire d'Empogne, on s’est léché une chance. On est partis sur la même ligne de départ. Il était trop séductif mais moi, je suis comme une locomotive : je tire toujours les wagons vers le haut. Et je n’y vais pas avec le dos de la main morte ! En mon âme et confiance, je sais que c’est sur le recul qu’après on comprend. J’avais beau être sur ma bulle, relationner, c’est tangible comme le concret. Il fallait qu’il soit à mes petits soins. Je l’attendais de mains fermes. En deux trois mouvements, et en tous points de vue, il a prêté main à mes demandes. Et au fil du jour, il a continué sur cette foulée. On ne s’est jamais rien menti, lui et moi. J’avais une confiance aveugle envers lui. C’était un amour très global. Bien sûr, si on prend plein d’éléments en cause, ce n’est pas toujours l’entente joviale. Il s’est retrouvé d’ailleurs plusieurs fois sous la paille. Qu’est-ce que voulez-vous ? On ne nage pas toujours sur un petit nuage de bonheur… Mais des vraies valeurs nous rejoignaient. Avant, je devais subsister à mes besoins. Lui, il m’a poussée vers le haut et mis les pieds à l’étrier. D’abord j’ai jeté mon œil et j’ai cru que j’avais signé mon traité de mort. Disons-le : on se remonte souvent les uns contre les autres. Heureusement, j’ai vite compris les tenants et les aboutissements. Je suis arrivée dans cette histoire la fleur à la bouche. Malheureusement, il faisait des photos de moi à mon issue. Quand j’ai appris ça, je me suis pleurée dessus. J'ai pleuré toutes les larmes de mon cœur. J'ai eu le cœur qui est monté dans les oreilles. J'avais complètement la tête dans l'eau. J’étais sans mots. J’ai mis les holà car les bons comptes font les beaux amis. Je ne suis ni sadique ni masochic ! Je ne suis pas non plus une femme de joie ! Il faut savoir reprendre ses doigts. Je ne voulais plus qu’il me traite dans la boue. J’étais au bout du trou. Je lui ai dit qu’il avait dépassé la borne et que je voulais revoir venir les beaux jours entre nous. C’est en relâchant la garde qu’on garde une carte à la main. J’ai essuyé le plâtre de son fantasme. Rien de psychothérapique. Il avait vraiment réussi à me faire prendre raison. En long, en large et à travers, j’ai tenté le coup pour le coup et j’ai servi les crocs. Je ne voulais plus me faire taper du doigt. Ce n’était plus la peine de lever le cap. Réalistiquement, il fallait que je passe à l’action. Il m’avait pris sur son aile et maintenant il me mangeait dans les mains ! J’ai fait mon nécessaire pour ça. Je ne voulais plus être une maîtresse déplorée. Il me disait qu’une beauté émanait de moi. Mais un soir, je suis rentrée et l’accueil a été huleux… Il tirait une gueule de dix-sept pieds de long et il a lancé le bal des hostilités. J’ai flagolé. La veille, il avait mis la clé sous la porte à cause d’une mauvaise gestation de son entreprise. Il voulait que je sois en prise avec cette histoire. Dans le coup, on s’est retrouvés sur l’argent. Moi, je ne claque pas l’argent dans les fenêtres. C’est vrai : on ne peut pas être à la ferme et au moulin ! Il y avait une revanche à faire. Tous ses amis me critiquaient de leader et disaient qu’il était quelqu’un de sourieur. Il aime bien se faire voir, le sourire jusqu’aux lèvres… C’est par brides que ça me revient… Je mangeais avec un lance-pierre quand il a fait interruption dans la cuisine. Mon père était vachement très classe mais moi, je peux être à brûle-pourpoint dans mes propos. C’est du diabolisme. J’ai un sacré plomb dans le crâne ! C’est tout le problème d’estime en soi. Je n’ai jamais voulu envie de ça… Mais si on me cherche des broutilles, je sais me défendre. Je vous livre mes jardins secrets là… Je suis très admiratrice de Violette Nozière : je lui tire le chapeau pour ce qu’elle a fait. Ça, c’est le retrouvage de la famille ! Mon bonhomme, il avait la tête à l’emploi : l’épée d’Amoclès au-dessus de sa tête. Le pourquoi du comment du pourquoi, je ne m’en rappelle pas vraiment. Je sais que j’ai d’abord montré du poing sur la table, comme une bouteille d’eau à la mer. Je ne suis pas comme dans un poisson dans l’eau avec la violence… Mais ce soir-là, il m’a poussée dans les travers. Il faut employer un chat un chat : que les gens distinctent bien. J’étais en recul face à cette force de nature. Je me suis croisé les doigts… C’est impossible à ce que ça soit concret… Il est maintenant sous pieds sous terre et c’est toute la France qui s’incarne à sa famille. J’y pense souvent et sans arrêt. C’est pas mirobulent, Maître, mais je suis aujourd’hui ce qu’on appelle une vieille routière du crime.




Illustration

Autoportrait, de Marguerite Brunat-Provins (sans date)




Copyright © 2022 Justine Gossart, tous droits réservés.